Carte européenne du handicap

Publié le par

Mots-clés : Handicap

Envoyer par mail

Pour permettre aux personnes handicapées de voyager plus facilement d’un pays à l’autre, l’UE met en place un système de reconnaissance mutuelle fondé sur une carte européenne d’invalidité.

Actuellement, il n’y a pas de reconnaissance mutuelle du statut d’invalidité entre les Etats Membres de l’Union Européenne. Par exemple, une personne en situation de handicap pourrait voir sa carte nationale d’invalidité non reconnue dans un autre pays européen que le sien.
Ainsi, l’Union Européenne souhaite mettre en place une carte européenne d’invalidité, qui permettra de garantir l’égalité d’accès à certains avantages spécifiques, notamment dans les domaines de la culture, des loisirs et des transports.
Un projet pilote est mené depuis 2016 dans 8 pays européens, à savoir : Belgique, Roumanie, Slovénie, Chypre, Estonie, Malte, Finlande et Italie. Si le projet pilote est concluant, il sera étendu à l’ensemble des pays européens souhaitant mettre en place ce système.
Il est à noter que la carte européenne d’invalidité ne modifie pas les critères nationaux ou les règles nationales d’admissibilité. Les États membres restent libres de décider qui a le droit de recevoir la carte, sur la base de la définition nationale de l’invalidité, et de déterminer la procédure d’octroi.

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=1139&langId=fr

Actuellement, il n’y a pas de reconnaissance mutuelle du statut d’invalidité entre les Etats Membres de l’Union Européenne. Par exemple, une personne en situation de handicap pourrait voir sa carte nationale d’invalidité non reconnue dans un autre pays européen que le sien.
Ainsi, l’Union Européenne souhaite mettre en place une carte européenne d’invalidité, qui permettra de garantir l’égalité d’accès à certains avantages spécifiques, notamment dans les domaines de la culture, des loisirs et des transports.
Un projet pilote est mené depuis 2016 dans 8 pays européens, à savoir : Belgique, Roumanie, Slovénie, Chypre, Estonie, Malte, Finlande et Italie. Si le projet pilote est concluant, il sera étendu à l’ensemble des pays européens souhaitant mettre en place ce système.
Il est à noter que la carte européenne d’invalidité ne modifie pas les critères nationaux ou les règles nationales d’admissibilité. Les États membres restent libres de décider qui a le droit de recevoir la carte, sur la base de la définition nationale de l’invalidité, et de déterminer la procédure d’octroi.

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=1139&langId=fr